Menu

« Eviter le stress; se rendre utile », pour avoir une vie longue et heureuse.

L’importance d’être actif, tolérant, par des femmes et des hommes de 90 ans et plus.

Une étude suggère que l’espérance de vie moyenne va bientôt dépasser 90 ans. Les femmes nées en Corée du sud en 2030 y parviendront, et celles des autres pays développés suivront vite.

La France est le second pays du monde pour la longévité des femmes, 88,6 ans. La Grande Bretagne est classée 21ème pour les femmes avec 85,2 ans, l’espérance de vie des hommes est inférieure, 82,5 ans.

Le quotidien « The Guardian » a demandé à des hommes et femmes de 90 ans et plus ce que la vie leur avait appris sur l’arrivée au grand âge. Voici une sélection d’entretiens.

Jean Miller, 94, de Falkirk: « La vie est un apprentissage. J’ai compris qu’elle avait un sens et qu’il y a une raison pour chaque chose ».

Dans ma vieillesse, j'ai compris qu'il y avait un sens et une raison pour chaque chose.Jean Miller, 94 ans: « La vie est un apprentissage »

La clé pour avoir une bonne vie à cet âge est de rester actif et d’être intéressé par quelque chose. J’ai travaillé dans un salon jusqu’à l’année dernière, mais j’ai dû arrêter à cause de la fatigue et de douleurs. Je ne voulais pas en arriver au point où le responsable m’aurait demandé de quitter. Je prenais les manteaux et m’assuraient que tous les clients franchissant la porte étaient entre les mains de quelqu’un. Je me suis fait beaucoup d’amis de cette manière.

On s’arrête et on s’assied dans un fauteuil quand on a des difficultés. J’ai une famille charmante et je m’intéresse au monde autour de moi. Maintenant que je ne travaille plus, je vais en cours de gym le lundi. C’est un cours pour les plus de 50 ans, ce sont des exercices amusants, agréables. Nous prenons le thé ensuite. J’ai aussi rejoint l’université du Troisième Âge, un groupe pour les personnes en retraite ou en demi-retraite, pour se rencontrer et apprendre en s’amusant. Il y a un groupe de théâtre dont je fais partie, et j’espère aussi apprendre bientôt l’allemand. Mais nous avons besoin de quelques personnes de plus avant de commencer.

La vie est un apprentissage, et si vous n’apprenez pas tout au long de la vie, ce n’est pas bon. Avec le temps, j’ai appris à voir les choses d’une manière différente. Ma plus importante leçon est d’être plus patient. J’avais l’habitude de m’inquiéter sur tout, maintenant c’est fini. Je me suis rendu compte qu’il y avait un sens (rhyme) et une raison pour chaque chose. Dans la vie il faut prendre les choses comme elles viennent.

Pam Seldin, 94 ans, de Manchester : « Bien dormir, et pas d’excès de boisson – ceci dit, Nora apprécie un gin tonic le soir ! »

Je vis avec ma sœur Nora, qui a 98 ans, nous prenons soin l’une de l’autre. Il y a 10 ans son mari est mort, ses deux filles vivaient en France à ce moment, alors je lui ai dit qu’elle pouvait venir et rester chez moi. Nous nous sommes toujours très bien entendu, et avons travaillé comme en équipe. Nous faisons tout le travail à la maison nous-mêmes, un garçon vient faire le jardin. Nous faisons le ménage ensemble – elle fait l’étage et moi le rez-de-chaussée. Elle cuisine et je fais tout ce que je peux pour l’aider.

Mon principal conseil aux personnes qui veulent bien vieillir est de faire attention à sa santé et de faire preuve de modération. Aussi bien dormir, et pas d’excès de boisson – ceci dit, Nora apprécie un gin tonic le soir !

Quand je suis devenue retraitée, j’ai rejoint la chorale locale and une association des femmes de la ville. Être impliqué dans la communauté est vraiment important quand vous vieillissez, car çà élargit votre cercle social et votre champ d’intérêts. Je me suis toujours efforcée de sortir beaucoup. J’ai deux filles, l’une habite à côté, souvent elle nous emmène dans sa voiture, ou alors nous appelons un taxi. Elle nous emmène aussi faire une visite dans le voisinage, ce que nous aimons beaucoup. J’ai un déambulateur très pratique, et nous avons un caddie pour les courses. Nous allons aussi au cinéma et au théâtre, et faisons des voyages en bus à travers le pays. Nous allons à la bibliothèque et nos médicaments sont livrés à domicile. Nous ne pouvons pas aller trop loin, mais tout s’organise bien.

J’ai appris que la tolérance et la routine ont du bon. Et de prendre soin de soi, de rester aussi active que possible. La vie quand on a passé 90 ans n’est pas aussi agréable qu’aux autres âges, car vous n’êtes plus aussi actif et mobile. Mais il faut apprendre à faire avec autant que vous le pouvez. Nous avons des visiteurs – mon autre petite-fille qui vit à Londres est venue à l’Université de Manchester, alors je suis disponible pour elle à tout moment. C’est merveilleux d’avoir des petits-enfants dans la famille.

Que dirais-je aux plus jeunes ? Je pense que j’ai fait les choses comme il faut, mais je dirais qu’il faut se préparer aussitôt que possible à avoir des moyens suffisants pour sa vieillesse, pour ne pas s’inquiéter. Tirer parti de chaque opportunité – ne pas rester dans son fauteuil. Aussi, voyager autant que possible – voir le monde, vivre bien, prendre soin de soi. Mais ne pas prendre les choses trop sérieusement – c’est important de prendre du plaisir tout au long de sa vie.

Krishnamoorty Dasu, 90 ans, New Jersey: « Pour une large part, l’âge est un état d’esprit »

Je suis arrivé à ce bel âge simplement parce que la mort a eu la gentillesse de ne pas frapper à la porte.

J’aime ma vie, c’est un cadeau. Négocier avec elle est un jeu. Le troisième âge est la catégorie dans laquelle les gens vous mettent. Mais pour une large part, l’âge est un état d’esprit. J’aime écouter de la musique et lire des romans. C’est ce que je fais pour mon plaisir aujourd’hui.

J’ai appris beaucoup avec les années, mais le plus important : être utile à soi-même et aux autres. Si je pouvais envoyer un message aux jeunes générations, ce serait de conserver un esprit et un corps agiles par la lecture, la réflexion et la marche à pied. Aussi se nourrir avec modération. Vous n’avez vraiment pas besoin de manger autant.

 

Don Anderson, 99 ans, de Birmingham: “Prendre la vie et l’amour tranquillement, éviter le stress

Mon avis pour bien vivre sa vieillesse et de prendre la vie lentement. Cela signifie d’éviter le stress qui va avec de nombreuses activités. Trouvez quelque chose de tranquille à faire comme je l’ai fait. J’ai fait différente chose dans ma carrière. J’ai terminé en fondant Harlow, un village d’un district de l’ouest de l’Essex. J’ai acheté le terrain sur lequel il était bâti et créé la collectivité locale. J’étais l’un des pères fondateurs de la localité. Avant j’étais agent immobilier, et plus tard dans la vie je suis devenu professeur.

Je n’ai pas beaucoup de hobbies maintenant, mais je lis beaucoup et je suis actif sur Internet. J’utilise beaucoup mon iPad. J’ai appris beaucoup avec les années, mais comme je l’ai dit, la plus grande leçon est de prendre la vie d’une manière mesurée et tranquille, de ne pas se précipiter ni se faire trop de soucis. C’est pareil pour ce que j’ai appris sur l’amour. Ma femme est morte il y a quelques années, et j’ai tenté des rencontres sur Internet après cela. Il faut prendre l’amour doucement aussi.

Sheila Keating, 91 ans, de Londres: « J’ai vraiment trouvé des sujets d’intérêt. Je n’avais pas l’habitude d’écrire, mais j’écris beaucoup maintenant ».

La vie à 90 ans est beaucoup plus lente car j’ai de la difficulté pour me déplacer. Mais heureusement je ne suis pas plus lente intellectuellement. J’ai vraiment trouvé des sujets d’intérêt. Je n’avais pas l’habitude d’écrire, mais j’écris beaucoup maintenant. J’ai écrit la biographie de mon mari et j’attends la publication. J’enregistre aussi des audiolivres.

Il y a quand même une chose que je déteste, c’est la technologie moderne. Je l’utilise bien sûr, mais je suis frustrée par la place qu’elle a prise. Il n’y a pas d’autre option dans de nombreux cas. Je pense que c’est une erreur parce que cela ne marche pas à tous les coups.

Qu’est-ce que j’ai appris au fil des années ? Je suis plus tolérante que je l’ai été. Cela ne veut pas dire que je ne défends pas les causes qui me passionnent, mais j’accepte plus facilement les modes de vie des autres. C’est un plus quand on vieillit.

Un de mes plus grands plaisir est de dîner avec les amis et ma famille. Je vais toujours au théâtre, mais j’évite les théâtres les plus chers. J’allais nager, mais maintenant j’ai réduit les activités physiques. C’est le côté négatif de la vieillesse.

Je pense que c’est un pur hasard si j’ai vécu aussi longtemps. Je ne me nourris pas de façon particulièrement saine. Je ne fais plus autant d’exercice qu’avant. Je ne pense pas qu’on puisse dire qu’une chose particulière soit la clé d’une longue vie. Tout ce que je sais est que vous êtes très chanceux si vous gardez une bonne santé après 80 ans. Vous êtes là et vous avancez lentement vers vos 100 ans – c’est là où j’aimerais arriver.

Par Sarah Marsh, The Guardian, 23 février 2017, traduction JB