S’entraider et partager pour améliorer notre quotidien

A3CatherineScottChild_pushing_grandmother(1)
Il existe des manières variées d’utiliser une banque de temps. Le partage et la « co-production » apportent un vrai plus en termes de bien-être pour chacun de nous, pour notre famille et tout le voisinage. Abondance, convivialité, solidarité sont les trois mots-clés :

Abondance : disposer de plus avec moins

En échangeant et partageant autour de vous, la monnaie-temps  vous permet de démultiplier les ressources dont vous disposez, sans que cela vous coûte plus. La banque de temps apporte la sécurité pour que ses participants se sentent engagés et responsables.

Nous avons été habitués à gagner de l’argent pour dépenser et être toujours plus indépendants des autres. Mais est-ce que cela nous a rendus plus riches ? La vraie richesse, c’est le temps disponible. Avec plus d’abondance et moins de dépense, nous pouvons libérer du temps pour notre bien-être et celui des personnes qui nous entourent.

Convivialité : renouer le lien social

En libérant du temps, nous pouvons regarder autour de nous et découvrir notre commune, notre quartier, ses habitants, des ressources cachées, comme on sait le faire encore dans des petites villes et des zones rurales. La société de consommation et l’obsession de gagner toujours plus nous ont fait oublier ce qu’est le capital social. Nous pouvons reprendre le contrôle de notre propre vie, là où nous vivons. En fortifiant le lien social, nous devenons plus heureux du présent, plus sûrs de l’avenir, plus solides face aux événements professionnels ou familiaux qui peuvent survenir.

Solidarité : donner et recevoir

L’entraide, c’est donner quand on le peut, recevoir quand il le faut. La banque de temps encourage les services petits ou grands que nous pouvons nous rendre mutuellement. Les personnes marginalisées sont nombreuses dans notre société, trop bien sûr : jeunes sans qualification, personnes âgées ou dépendantes, demandeurs d’emploi, toutes les victimes des accidents de la vie, … Aider quelqu’un nous apporte une satisfaction. En plus, recevoir des heures sur son compte à la banque de temps ouvre le champ des possibles quand on a un besoin ou l’envie de réaliser un rêve.

Même si nous pensons être démunis, nous pouvons donner du temps, aider et nous sentir utiles. Les principes de co-production et d’égalité « une heure = une heure » permettent à chacun de trouver sa place dans l’échange. Les personnes les plus marginalisées se voient reconnaître un « pouvoir d’agir » qui va les rendre « acteurs » du service qu’auparavant elles recevaient passivement.

En savoir plus: le Handboeck